pub
logo
Facebook Instagram Youtube

Cimetière Saint-Roch

Addresse chaussée de l'Ourthe 6900 Marche-en-Famenne
Le cimetière Saint-Roch est caractérisé par des tombes très anciennes et une extension du cimetière ('nouveau cimetière') a été construite de l'autre côté de la route. 'L'ancien cimetière' se singularise par ses nombreuses sépultures entourées de grilles en fer forgé. Trois emplacements distincts sont occupés par des tombes d'enfants ornées d'angelots de porcelaine. Avant la fin du 18e s., ce cimetière extra-muros était réservé aux pestiférés, aux non-catholiques et aux soldats étrangers morts à Marche. En 1784, le décret de Joseph II interdisant, par mesure d'hygiène, les inhumations dans les églises et à l'intérieur des villes, oblige les Marchois à déplacer le cimetière qui se trouvait autour de l'église Saint-Remacle. Le nouveau cimetière 'hors les murs' est situé 'en dehors de la Porte Basse, près des eaux de Marche' et est appelé cimetière Saint-Pierre. Mais l'endroit étant mal choisi (les lieux de sépultures étaient envahis par les eaux), on y enterra seulement jusqu'en 1789. C'est le 22 décembre 1787 que le cimetière Saint-Roch devint cimetière paroissial. L'emplacement du cimetière se situe non loin du lieu-dit la 'Maladrerie' (établissement anciennement affecté aux personnes malades de la lèpre et qu'on appelle aujourd'hui léproserie). A la fin du 15e s., cette maladrerie, dont l'existence est attestée très tôt par plusieurs documents, devint un hôpital. La lèpre était une maladie fréquente à l'époque et avant le 17e s., toute personne qui était soupçonnée d'être atteinte devait se rendre à Liège pour être examinée. Si le diagnostic était confirmé, la séquestration du malade était ordonnée et la communauté subvenait aux besoins du lépreux. On lui fournissait une masure près d'un cours d'eau (à Marche, au lieu-dit 'Fontaine des Malades' en Lorichamps, vers Bourdon), des meubles, ustensiles et un épais costume gris caractéristique des lépreux, qui s'annonçaient avec des 'cliquettes' (crécelle) et dont la rencontre était très redoutée. Non loin de la chapelle et du cimetière, se trouve cette 'Fontaine des Malades', ou 'Source des Malades'. Selon la croyance populaire, des pestiférés, des épileptiques, des névrosés étaient souvent guéris en buvant l'eau cristalline et miraculeuse de la source.

Accueil

Français

Équipements/Services

Parking

Classification/Labellisation

Classement Non classé
Patrimoine bâti

Tarifs

Gratuité
Classement Non classé