pub
logo
Facebook Instagram Youtube

Chapelle Notre-Dame de Grâce et Chapelle du Christ (ou du Calvaire)

Addresse rue Notre-Dame de Grâce 6900 Marche-en-Famenne
Joli petit édifice bâti, selon les archives, en 1652 par le marchand Jean du Tilleul (de Théoux) et son épouse Jeanne Wilmar. Certains détails dans l'architecture pourraient cependant faire remonter la construction à une date antérieure. Bénite en 1659, elle a été dédiée à "Mariæ Matri Gratiæ et Pacis", ce qui signifie "Marie Mère de Grâce et de Paix". L'époque correspond au 'Siècle des Malheurs' pour Marche-en-Famenne. Les maladies et les guerres dont souffre la région poussent les habitants à solliciter l'aide d'une Protectrice. Leurs prières sont visiblement entendues, car en 1723, une épidémie décime les villages voisins mais épargne les Marchois. Remerciant leur bienfaitrice, ils lui attribuent l'accomplissement de ce miracle, ainsi qu'à saint Fiacre, dont la statue est portée en triomphe jusqu'à la chapelle, où elle fut installée à côtés de celles de Saint-Hilaire et de Saint-Firmin. Fortement endommagé durant la Révolution française, l'édifice a été restauré en 1808 et 1810 par le doyen Burton et son vicaire Michel. En 1700, toutes les baies et la façade ont été refaites, peut-être à la demande des deux jésuites inhumés à l'intérieur (Alain Dargenlieu et Théodore Reuter). La façade baroque comporte une petite fenêtre carrée, permettant de voir l'autel, et un oculus aveugle, qui date du 19e s., et sur lequel sont inscrits les deux millésimes (1700 et 1882), dates de reconstruction et de restauration. Au-dessus de la porte, un cartouche contient l'inscription [M(A)R(I)A] et l'illustration d'un cœur. L'intérieur conserve un retable des environs de 1700 et une statue en bois peint de 1656, représentant la Vierge à l'Enfant. A une quarantaine de mètres de là, une chapelle ouverte, semblable à celle du Sépulcre, a été dédiée au Christ (ou au Calvaire, selon les appellations). Les arcades, qui ouvrent trois des quatre côtés, retombent sur des colonnes toscanes. Le millésime de 1700 est inscrit sur l'arcade principale. Le dôme octogonal du toit est surmonté d'une aigrette et d'une croix en fer forgé. Le Christ en Croix datant de 1700 a sans doute été mis à l'abri et une croix moderne en bois le remplace. Elle est encadrée de l'inscription [O Grande Passion, O Profondes Playes, O Effusion de sang, O Douce Douceur, O Amertume de la mort, Donnez moy la vie Eternelle].

Accueil

Français

Classification/Labellisation

Classement Non classé
Patrimoine bâti
Édifice religieux

Tarifs

Gratuité
Classement Non classé